J’ai lu… Le guide des entrepreneuses créatives

Après avoir lu attentivement leur premier opus, voici que Sophie-Charlotte Chapman et Sandrine Franchet redonnent un coup de pouce à toutes les créatives. Toutes ? Oui : les débutantes comme les expérimentées, on a toute quelque chose à apprendre du Guide des entrepreneuses créatives.

couv guide entrepreneuses creatives

(Source de l’image : le site des entrepreneuses-creatives)

Dans le premier volume, on trouvait toutes les étapes du lancement d’un business créatif. Dans celui-ci, c’est plutôt le développement et la gestion au quotidien de ce business qui est abordé. Toujours illustré par les récits de personnes ayant été confronté au thème du chapitre, on parle de nourrir sa créativité, déléguer, créer sa station d’emballage… mais aussi d’installer son business à l’extérieur,  de s’affirmer et de concilier vie pro/vie perso. Éventail très large donc, et plutôt que de reprendre tous les chapitres, je vous renvoie directement à la note des auteures 🙂

Voici quelques avis personnels :

J’ai testé le mind mapping proposé : il me manque des « règles d’utilisation » pour savoir ce que veut dire une flèche par exemple. Résultat, mon graphique est aussi embrumé que ce qu’il y a dans mon esprit, car les causes se mélangent avec les conséquences etc. Néanmoins, c’est une bonne méthode il me semble, et je vais la tester pour hiérarchiser mes todo lists, ca devrait être un début plus simple 😉

J’ai beaucoup aimé la partie affirmation de soi et parler de son business créatif. J’ai du chemin à faire, c’est sur !

Sur la partie concilier business créatif et emploi salarié, j’avoue avoir été un peu déçue. Deux témoignages (bien choisis du reste) et un paragraphe assez superficiel à mon goût. J’attendais des implications légales plus spécifiques, du droit du travail éventuellement, soucis d’assurance ou de retraite peut être… N’y a-t-il vraiment rien à en dire ? C’est si simple que ca ? Je suis très étonnée.

J’aime beaucoup l’idée « couteau suisse » de ce livre : les débutantes trouveront de quoi avancer dans le chapitre je gère mon temps, alors que celles dont l’entreprise tourne bien iront chercher l’avenir dans les thèmes de financement, partenariat, business à l’extérieur ou je deviens efficace.

Je vais vous avouer une chose. Quand je lis ce livre (et c’est valable pour le premier tome, voir ici), je suis enthousiaste, tout semble à portée. Même les témoignages qui rendent compte de difficultés ne font pas vraiment peur. C’est génial, à mon tour de réussir alors !

Oui, mais…

Regardez bien les images, décortiquez les commentaires, car chaque projet est différent. Je suis toujours admirative quand quelqu’un écrit « j’ai créé ma marque ». Et pourtant, avant de pouvoir le dire, il faut faire bien plus que savoir organiser son bureau, son équilibre vie pro/perso et faire un mood board.

Lancer son business créatif est un engagement sérieux (quand parlera-t-on de l’aspect comptabilité, inventaire, taxes d’auto-entreprenariat ou autres joyeusetés ?) et malheureusement toutes les bonnes idées ne sont pas viables économiquement.

Alors à tous ceux et celles qui ont réussi, chapeau !

Pour ceux et celles qui se sont lancé(e)s : bon courage, car malheureusement la lecture de tous les livres ne fera que vous donner (d’excellents) conseils, mais ne fera pas votre succès. Car le succès dépend de VOUS ! Néanmoins, ce guide vous sera d’une grande aide, et si vous ne l’avez pas encore lu, faites le !

Et pour ceux et celles qui hésitent encore, je vous conseille en complément un article sur le sujet : Vivre de sa passion? Ah non! Il est de Selma Païva et je le trouve très instructif.

Si vous êtes arrivé(e)  à lire cet article fleuve jusqu’ici, bravo (et merci!), vous devez être très intéressé(e) par le sujet : vous partagez votre expérience ? Vous en êtes où ? 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *